flashinfo
Gestion Durable des Forêts → sensibilisation et information

 

Guerre contre l’exploitation forestière illicite au Gabon


        
Le gouvernement gabonais à lancer son Plan d’action national de lutte contre l’exploitation forestière illégale. Cette stratégie, initiée par le ministère des Eaux et Forêts, vise à mettre un terme à un phénomène qui constitue une sérieuse menace pour la forêt gabonaise qui couvre plus de 85% du territoire national. La détermination des autorités locales à doter le pays d’une procédure efficace de lutte contre l’exploitation forestière illégale fait suite à l’accroissement de ce phénomène depuis l’entrée en vigueur de la mesure gouvernementale interdisant l’exportation du bois en grume,  depuis le 15 mai 2010. Elle se justifie également par le souhait du Gabon de jouer un rôle central dans la préservation de la forêt du bassin du Congo, deuxième poumon vert de la planète, après la forêt amazonienne, (GabonReview).


 


Par Fernanda (stagiaire) - 25/08/2016 à 04:33:23 - Modifié le 25/08/2016 à 04:38:56

En effet, «D’importantes quantités d’essences forestières protégées sont coupées et vendues clandestinement sur le marché asiatique notamment». Tel est le cri d’alarme lancé par Brainforest, qui soutient que des cadres de l’administration publique seraient impliqués dans ce trafic. «Les hautes autorités du pays sont (…) des exploitants forestiers. Ce sont elles qui utilisent les entreprises venues exploiter le bois. Il y a eu des arrestations pour exploitation illégale de kévazingo», affirme le secrétaire exécutif de cette ONG, relayé par bbc.com. «Toutes les personnes arrêtées ont été libérées sans avoir à rendre compte», poursuit Marc Ona Essangui.

Cependant, Les efforts concertés entre le ministère des Eaux et Forêts, à travers sa direction générale spécialisée dans la lutte contre l’exploitation forestière illégale et l’ONG Conservation Justice, donnent quelques fruits, au regard des travers mis à nu dans la filière.
 
 Toutefois, «Plusieurs containers de sociétés forestières chinoises spécialisées dans l’exploitation forestière illégale et basées entre Lalara et Mitzic avaient été interceptés en juin 2013 à Njolé par les Eaux et Forêts», indique l’ONG Conservation Justice tandis qu’une source de la Direction générale des Forêts en matière de lutte contre l’exploitation forestière illicite, au titre des artisans de l’exploitation forestière illégale, les sociétés KIBG, HSIBG et SZBG, leurs containers ayant été interceptés avec du bois illégalement exploités dans des zones non autorisées et dont les dimensions ne correspondaient pas à la légalité.
 
Sur ce, l’exploitation forestière illégale est responsable des dommages écologiques importants dans les pays en voie de développement et appauvrit les communautés rurales qui dépendent des forêts pour leur survie. Ils coûtent également aux gouvernements de ces pays approximativement 10 à 15 milliards d’euros par an en pertes de revenus.

En savoir plus: http://www.bdpmodwoam.org/articles/2013/05/10/un-plan-de-lutte-contre-lexploitation-forestiere-illegale-au-gabon/#.V62ZF1vhDDc
En savoir plus: http://www.bdpmodwoam.org/articles/2013/05/10/un-plan-de-lutte-contre-lexploitation-forestiere-illegale-au-gabon/#.V62ZF1vhDDc

 

Dans le même domaine


Quelques projets / études mis en oeuvres